°°°CREER SA VIE°°° régler un problème, soulager un symptôme, récupérer de l'énergie, lâcher du lest, s'émanciper d'une addiction, transformer le réseau d'influences, activer des ressources, choisir, se libérer, s'épanouir, ressentir, grandir, stimuler, se centrer, changer vers un mieux-vivre '''''CREER SON OEUVRE''''' ouvrir, inspirer, souffler, se laisser embarquer, improviser, écrire, dessiner, composer, danser, jouer, monter, construire, capter, oser, réaliser, proposer, partager, faire oeuvre ***CREER SON MONDE*** parcourir, explorer, plonger, planer, découvrir, étendre ses connaissances sensorielles, tester, examiner, prospecter, étudier par les sens, arpenter, jouer, expérimenter, modeler, moduler, inventer, augmenter, expanser…

Contrat d’engagement

Ce contrat reprend les conditions d’engagement entre la personne qui désire être accompagnée en séance et la praticienne en hypnose Marie Lisel

******************************************************************

En prenant rendez-vous, tu confirmes être parfaitement au courant de ces informations et accepter les conditions de l’engagement. La prise de rendez-vous représente un engagement, qu’il soit verbal ou écrit (si cela se fait par mail) en conformité avec le présent contrat.

Pour ma part, en tant que praticienne en hypnose ericksonienne, j’adhère à la Charte éthique de l’ARCHE.

Dernière mise à jour: 12/12/2022

******************************************************************

Contrat d’engagement

L’hypnose pratiquée ici est non médicale
  • L’hypnose pratiquée en séance, ainsi que le REVAH ne sont pas dans le champ médical et ne peuvent se subsituer en aucun cas à un suivi avec un médecin ou psychiatre. Toute personne suivie médicalement est encouragée par la praticienne à poursuivre son suivi médical, conformément aux prescriptions (de rendez-vous et de soins) du médecin. L’hypnose est considérée comme un complément (sur l’aspect émotionnel) et non une alternative au suivi médical. Ayant veillé à ce que vous soyez informé.e.s de ma position sur le sujet, je décline toute responsabilité en cas de choix de votre part contraire à un avis médical ou en cas de refus d’une aide médicale.
  • L’hypno-praticienne n’est pas médecin, ne peut donc pas faire de prescription ni d’acte médical et ne peut intervenir dans le suivi du traitement médical éventuel.
  • Aucune certification officielle ne réserve la pratique de l’hypnose à un corps de métier (seule l’hypnose médicale est réservée au corps médical). La certification d’une école renommée comme l’Arche et l’adhésion au SMH (syndicat des métiers de l’hypnose) ne sont qu’un gage de qualité et n’ont pour le moment rien de légal.
  • Les actes d’accompagnement hypnotique ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale.
  • Par rapport aux troubles psychopathologiques: personnellement, je fais le choix de ne pas suivre les personnes atteintes de troubles psychotiques graves : schizophrénie, paranoïa, maniaco-dépression, ainsi que les personnes atteintes d’anorexie, de bipolarité et de dépression sévère, les personnes sous médicaments influençant le psychisme (antidépresseurs, anxiolytiques quotidiens), ainsi que sous drogue quotidienne (je ne parle pas de marijuana) ou atteintes d’alcoolisme sévère quotidien. Ces personnes sont invitées  rencontrer un. praticien.ne en hypnose qui est également psychiatre, pour assurer le suivi en toute sécurité. J’estime ne pas avoir les connaissances nécessaires.
  • Il est de la responsabilité de l’accompagné.e d’informer la praticienne des traitements suivis et des avis reçus dans le passé de la part de médecins et de psychologues. Ces informations seront tenues pour absolument confidentielles.
  • L’accompagné.e indique à la praticienne les substances, légales et non légales, qu’iel prend de façon régulière, si elles ont un effet sur le psychisme. Ces informations seront tenues pour absolument confidentielles.
  • La praticienne peut demander à l’accompagné.e de prendre contact avec un.e médecin généraliste ou un.e médecin psychiatre ou tout.e autre spécialiste si elle juge de la nécessité de consulter un.e médecin. Un refus pourra justifier la rupture du suivi, dont l’accompagné.e sera informé.e par écrit.
La praticienne pose un cadre au suivi
  • Outre les cas développés au point précédent, je choisis de ne pas accompagner les mineurs et personnes sous-tutelles et je ne pratique pas avec plusieurs personnes : couple ou famille.
  • Si l’on se croise hors séance: voir les modalités dans la page Et si on se connait
  • Pour un suivi régulier, les séances sont espaces de 2 semaines à 3 semaines (marge: 1 semaine au minimum – 4 semaines au grand maximum), selon les besoins et les moyens de l’accompagné.e.
  • Les tranches de suivi se terminent obligatoirement par une séance de clôture d’accompagnement de façon à *1*  intégrer le travail réalisé, *2* à synthétiser les pistes de prolongation en autonomie et *3* à transformer le lien entre accompagnante et accompagné.e. Il peut y avoir des pauses dans l’accompagnement, avec une séance de clôture à chaque tranche pour que la pause soit clairement identifiée, puis reprise quand l’accompagné.e en ressent l’envie ou le besoin.
  • Pour les suivis ponctuels, les séances sont plus espacées et irrégulières. L’accompagné.e vient en séance quand le rêve ou l’hypnose l’appelle, sans suivi. Cet accompagnement convient aux personnes qui sont dans l’exploration et non dans la thérapie, ou qui ont terminé un suivi régulier et désirent revenir une fois de temps en temps pour mettre à niveau, entretenir, ou explorer, s’amuser, revoir des paysages ou retrouver des copain.e.s intérieur.e.s, créer…
  • L’espace que je propose se veut safer et inclusif. Mon travail repose d’abord sur un rapport de confiance. Je travaille à ma déconstruction de façon active depuis pas mal d’années et de différentes manières. Et je réfléchis, avec ma superviseuse et aussi avec des personnes du milieu inclusif, à gérer le « et si on se connait ».
    Cependant:
    * je suis pluriprivilégiée (pan, genderfluid, polyA, neuroA, childfree, witch… mais aussi blanche, universitaire, logeant seule en appart, avec une rémunération tous les mois, des papiers, un passing cis, une facilité d’expression, etc) et malgré mon boulot d’autopédagogie, il y a donc des expressions d’oppressions qui par définition (je ne suis pas une personne concernée) ne sont pas complètement éclairées
    * beaucoup de personnes qui viennent me voir proviennent des mêmes cercles que moi (queer, psychédéliques, sistas, polyA, Sx+, art, interespèces, art, interespèces, recherche, hypnose…) et il est inévitable que l’on se salue – de loin – de temps à autre sur le web, parfois aussi en soirée ou festival
    * nos représentations, croyances, scénarios internes, façons de voir… ne sont pas les mêmes car nous sommes des individu.e.s en positionnements différents. Envisager le comportement de l’autre par son propre filtre peut mener à des quiproquos
    * j’ai parfois du mal à retrouver instantanément le contexte d’où je connais les visages que je croise inopinément. Ca me rend prudente (et parfois très distante), ce qui est parfois pris pour « bizarre » ou hautaine-froide
    * le bruit, les lumières, les masses de gen.te.s… ou simplement l’absorption par une conversation ou une activité me mettent vite dans une bulle qui me sépare du reste de la pièce (que je redécouvre complètement en sortant de la bulle)
    *…
    Bref,
    Si une mimique, une parole, un écrit, un acte, un manque, une publication, ou autre t’impacte ou te blesse sans que je m’en rende compte, que ce soit en séance ou en dehors (espaces virtuels ou réels où l’on se croise), n’hésite pas à me le communiquer, en signant ton message ou de façon anonyme si tu en as besoin (par une personne interposée, par exemple).
    De la même façon, en cas de grosse bourde (je fais gaffe mais la possibilité subsiste quand même), je suis pour la justice restaurative. J’ai la volonté de prendre en compte les remarques et de travailler à réparer si quelque chose m’a échappé, selon le chemin le plus adapté à la personne que j’ai offensée. J’accepte de travailler à l’éclairage et à l’apaisement de l’oppression que j’ai provoquée, avec l’aide de personnes/assos habituées aux médiations si c’est jugé nécessaire et de les rémunérer le cas échéant.
  • Je me réserve le droit de réorienter les accompagné.e.s qui me demandent trop d’effort pour rester droite dans mon axe (positionnement d’accompagnante, non jugeante, sans impact émotionnel personnel). Je donne alors des noms de collègues en qui j’ai confiance pour le suivi. Chasseur tueur, violeur avéré…  je ne vais pas t’accompagner. L’énergie que je mettrais à gérer mes impacts personnels, je ne pourrais pas la mettre dans mon travail inclusif, avec d’autres personnes. Mon réservoir est limité. Et il y a des milliers de thérapeutes à Paris qui pourront t’aider
  • Je n’accompagne pas mes accompagné.e.s en séance assistée de psychédéliques. C’est vraiment dommage mais cela reste illégal. En revanche, je travaille en hypnose et rêve à l’intégration de voyages qui se passent ailleurs.
L’hypnose pratiquée ici n’est pas un coup de baguette magique
  • Malgré son efficacité avérée, la pratique de l’hypnose ne saurait engager la praticienne à une obligation de résultat.
  • L’hypnose demande une implication réciproque et constitue un vrai travail sur soi, elle facilite une démarche qui relève de ta détermination.
  • Le nombre de séances nécessaires à l’obtention des résultats souhaités n’est pas estimable à l’avance.
  • Je  t’accompagne pour cerner les façons les plus évidentes et rationnelles d’éprouver l’efficacité de ta démarche et la réalité des changements qui en découlent.
L’hypnose pratiquée ici vise à l’autonomie
  • L’hypnose n’est liée à aucune croyance sectaire, démarche de spiritualité, théorie métaphysique, morale ou religieuse
  • L’accompagnement vise à l’autonomie et à l’accroissement de la liberté de l’accompagné.e, à son épanouissement dans un mieux-être, dans le respect de ses convictions
L’hypnose pratiquée ici ne procure aucun enseignement de techniques à appliquer sur autrui
  • Les séances individuelles ne sont pas des formations professionnelles aux métiers de l’hypnose. L’apprentissage personnel des états hypnotiques, des phénomènes hypnotiques et des techniques d’auto-hypnose n’offre pas de compétence à l’hypnotisme sur autrui. Autrement dit, être accompagné en hypnose n’apprend en aucun cas à accompagner une autre personne.
Confidentialité
  • Les séances sont confidentielles, sauf en cas de témoignage écrit envoyé sur mon email, pour participer à la page onirique du site. Je t’assure par ce contrat de la confidentialité, dans la limite de la loi.
  • La profession d’hypnopraticien.ne n’étant pas reconnue dans le domaine médical, la praticienne a l’obligation de signalement comme une citoyenne lambda (Article du Code Pénal 223-6): «  Le fait, pour quiconque ayant connaissance d’un crime dont il est encore possible de prévenir ou de limiter les effets, ou dont les auteurs sont susceptibles de commettre de nouveaux crimes qui pourraient être empêchés, de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. » + « Le fait, pour quiconque ayant connaissance de privations, de mauvais traitements ou d’agressions ou atteintes sexuelles infligés à un mineur ou à une personne qui n’est pas en mesure de se protéger en raison de son âge, d’une maladie, d’une infirmité, d’une déficience physique ou psychique ou d’un état de grossesse, de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives ou de continuer à ne pas informer ces autorités tant que ces infractions n’ont pas cessé est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. » Lire sur Legavox ou sur le site du service public. Autre lien: Adultes vulnérables.
En cas d’annulation ou de retard
  • Toute séance annulée moins de 48h à l’avance est due de moitié, sauf si nous trouvons facilement un créneau qui nous arrange, des deux côtés, inscrite dans les deux jours. Car je ne peux en faire profiter un.e autre accompagné.e.
  • En cas d’annulation d’un rendez-vous moins de 48 heures à l’avance de mon fait, je proposerai une nouvelle séance au plus vite pour un demi-tarif, sauf si nous trouvons facilement un créneau qui nous arrange des deux côtés, dans les deux jours.
  • Merci de faire le nécessaire pour me prévenir au plus vite en cas d’empêchement. En cas d’impossibilité de te rendre au rendez-vous, j’apprécie que tu m’en informes jusqu’au dernier moment, me permettant ainsi de disposer de ce temps.
  • Les séances durent entre1h et 1h15 pour la séance simple. Le temps de retard de ton fait est déduit de la séance.
Payement
  • Les tarifs des séances sont affichés en évidence sur le site internet
  • Le tarif peut être adapté en cours de suivi. Parlons-en si tu as des difficultés ponctuelles plutôt que d’interrompre par manque de moyens.
  • Le paiement se fait avant ou juste après la séance, par virement, chèque
  • Le montant dépend de: visio/présentiel, longueur de la séance (longueur normale: entre 1h et 1h15 mais tu peux choisir une séance plus longue), état financier de l’accompagné.e. Voir les conditions.
La prise de rendez-vous est un engagement en conformité avec le présent contrat
  • Cette charte peut faire l’objet d’ajustement en respect avec son orientation actuelle. Tu es donc encouragé.e à t’y rendre régulièrement pour prendre connaissance de ces modifications. La date de modification sera indiquée en haut de la page.
  • Si notre discussion me montre que tu n’as pas lu ce contrat, le temps de sa lecture peut être déduit de la séance.
  • La prise de rendez-vous représente un engagement en conformité avec la présente charte.

Marie Lisel

POUR EN SAVOIR PLUS

Bienvenue!

%d blogueurs aiment cette page :